L.D.D.H.
Ligue Djiboutienne des Droits humains

Le Président NOËL ABDI Jean Paul
SIÈGE Q. V. BOULEVARD de Gaulle
B.P. 74 DJIBOUTI
DOM TEL : 253 358 007
BUR TEL : 253 357804

E-mail : noel_lddh@yahoo.fr
Site : http://www.lddh-djibouti.org

Retour au menu 'LDDH'

LIGUE DJIBOUTIENNE DES DROITS HUMAINS
L.D.D.H
Le Président NOEL ABDI Jean Paul

 

COMMUNIQUE N°18/lddh du 20.06.00


Les combattants du FRUD Sud seront déférés demain devant la Chambre Correctionnelle d'Appel, après avoir été condamnés le 15 avril dernier, à des peines d'emprisonnements de trois ans de prison ferme. Ces combattants du FRUD SUD avaient déjà purgé deux ans de détention provisoire. Sans avoir été condamné, ils avaient Droit conformément l'Article 5 de l'Accord Cadre du 7 février 2000, et conformément à la Loi d'Amnistie N° 78/AN/00 du 13.03.2000, à la libération immédiate assortie d'une amnistie totale.

Néanmoins, compte tenu de la politique de division ethnique et/ou tribale du gouvernement, que nous avons à maintes reprises dénoncé. La " Justice confisquée ", en violation flagrante de l'Accord Cadre et la Loi d'Amnistie, n'a pu que prononcer la condamnation des combattants du FRUD SUD, tout en profitant de cette occasion pour condamner par contumace, M. Moumin Bahdon Farah, dirigeant de la LPAI avant l'Indépendance, ancien Ministre, Président du GDR et membre du Haut Conseil de l'Opposition Djiboutienne, ainsi que cinq personnalités de sa famille.

Toutefois M. Moumin Bahdon et cinq autres personnalités, dès le 17 avril 00, avaient fait Opposition au Jugement les condamnant par contumace, mais le Tribunal, à sa guise, à décider de les traduire en Appel.

La LDDH est particulièrement choquée du harcèlement, qui n'en finit pas, et dont fait l'objet Monsieur Moumin Bahdon Farah de la part de l'équipe actuellement au Pouvoir. Cette dernière a confisqué et conserve, depuis 1997 d'une manière illégale son passeport : propriété privée garantie par la Constitution du 4 septembre 1992.

La LDDH, est très préoccupée des entêtements et des acharnements, basés uniquement sur une volonté de division ethnique et/ou tribale.

La LDDH ose souhaiter, que la Justice djiboutienne sera à la hauteur, et fera preuve d'impartialité cette fois - ci.

------------------------------------------------------- Sommaire ---------------------------------------------------------