L.D.D.H.
Ligue Djiboutienne des Droits humains

Le Président NOËL ABDI Jean Paul
SIÈGE Q. V. BOULEVARD de Gaulle
B.P. 74 DJIBOUTI
DOM TEL : 253 358 007
BUR TEL : 253 357804

E-mail : noel_lddh@yahoo.fr
Site : http://www.lddh-djibouti.org

Retour au menu 'LDDH'


20/03 ÉVACUÉ DE L'HÔPITAL PELTIER PAR LA FORCE, CONTRAIREMENT AUX AVIS MÉDICAUX, LE GÉNÉRAL YACIN YABEH 'A ÉTÉ ADMIS' (sic) A GABODE

Communiqué de Presse n°5/LDDH/2001
Du 20 mars 2001

Le 19 mars 2001, le général Yacin Yabeh a été manu militari enlevé de l'Hôpital Peltier, pour être écroué ensuite à la Prison de Gabode. Malgré, le refus du médecin traitant, estimant que son cas est encore grave, il est difficile de comprendre une telle décision, avant même le départ du Chef de l'Etat en Chine.

Le même jour, un rixe a eu lieu à la Prison de Gabode entre les co-détenus du Général Yacin Yabeh et les policiers geôliers de la Prison de Gabode. Les co-détenus refusant probablement d'être transférer dans les cellules 12 du sinistre Centre Pénitencier de Gabode.

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) reste consternée par de telles mesures de rétorsions inadmissibles et intolérables.

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains, lance un appel pressant au Président de la République et au Ministre de la Justice, pour que cesse rapidement de tels sévices aux prisonniers en détention provisoire, à des prisonniers non encore condamnés, à des détenus bénéficiant des mesures de présomption d'innocence.

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains réitère ses propositions :


1) Regrette les refus à différents niveaux de rendre visite au Général Yabeh tant en prison qu'à l'hôpital pour les membres de la LDDH.

2) Lance un appel pressant et urgent au Président de la République, au Ministre de la Justice, Chargé des Droits de l'Homme et à l'Ambassadeur de France afin que le Général Yacin Yabeh soit rapidement évacué en France auprès de son médecin qui le suit depuis plusieurs années.

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains considère que cette évacuation sanitaire doit se placer en dehors de toute spéculation politique et doit être considérée uniquement comme une assistance médicale urgente à personne en danger de mort.

------------------------------------------------------- Sommaire ---------------------------------------------------------