L.D.D.H. com 9/01
Ligue Djiboutienne des Droits humains

Le Président NOËL ABDI Jean Paul
SIÈGE Q. V. BOULEVARD de Gaulle
B.P. 74 DJIBOUTI
DOM TEL : 253 358 007
BUR TEL : 253 357804

E-mail : noel_lddh@yahoo.fr
Site : http://www.lddh-djibouti.org

Retour au menu 'LDDH'

LIGUE DJIBOUTIENNE DES DROITS HUMAINS
L.D.D.H
Le Président NOEL ABDI Jean-Paul
SIEGE Q.V. BOULEVARD DE GAULLE
BUR TEL (fax) : (253) 35 78 04
DOM TEL (fax) : (253) 35 80 07
B.P. : 74 - DJIBOUTI - RDD
e-mail : noel_lddh@yahoo.fr
http://www.lddh-djibouti.org

Le procés de l'attentat du Café de Paris
et la condamnation d'Aden Robleh


COMMUNIQUE DE PRESSE N°9/01/LDDH du 9 avril 2001


Lundi 9 avril 2001 à 9h 15, la Cour criminelle a siégé pour l'affaire de l'attentat du " Café de Paris " du 27 septembre 1990 en République de Djibouti.

Le Président de la Cour, le Juge Akbar a demandé aux inculpés de se présenter à la barre. Il s'agissait de :

 

M. Aden Robleh Awaleh Président du Parti PND et membre du Haut Conseil
de l'ODU. Mise en détention le 4 avril 2001
M. Mohamed Ali Arrretey mis en détention en 1995
M. Mohamed Hassan Farah mis en détention en 1993
M. Abdi Bouh Aden mis en détention en 1992

Un inculpé avait bénéficié, après plusieurs années de détention, d'un non lieu il s'agit de M. Mahdi Ahmed Abdillahi actuellement Président par l'effet du clonage imposé au PND.

La liste des témoins a été donnée, mais aucun témoin ne s'est présenté et d'après le Procureur Général, car ces témoins auraient été menacés.

Le Président Aden Robleh après avoir brossé son passé de combattant pour l'indépendance, a confirmé son refus d'avoir un avocat du fait que : " connaissant la nature du procès qui m'est fait, je ne vois pas l'intérêt de recourir aux services d'un Conseil, notre pays vit sous une dictature implacable. La liberté, les droits de l'homme, la démocratie n'existent pas dans ce pays ".

Les trois autres détenus depuis pratiquement plus de huit ans avaient pour Défenseur Maître Mohamed Omar, qui avec brio, avait posé le vrai problème, celui des preuves tangibles, des preuves matérielles qui font totalement défaut dans le dossier volumineux qui lui a été remis que quelques jours avant l'audience.

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains reviendra sur ce procès, une fois que la partie de la Partie civile sera tranchée par la Cour criminelle le jeudi 12 avril 2001.

La Cour criminelle s'est prononcée aujourd'hui le 9 avril 2001 que sur les peines pénales :

La Cour criminelle condamne :

 

- Aden Robleh Awale à six (6) ans de prison avec sursis.

- Mohamed Ali Arretey à six (6) ans de prison ferme

- Mohamed Hassan Farah à huit (8) ans de prison ferme

- Abdi Bouh Aden à huit (8) ans de prison ferme


La Cour Criminelle condamne, par contumace, Awaleh Guelleh à la réclusion criminelle à perpétuité.

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) demeure consternée face à cette condamnation d'une telle ampleur, d'autant plus qu'aucune preuve tangible n'est apparue durant le réquisitoire du Procureur Général, et celui, de la plaidoirie, de la Partie Civile, de Maître Martinet.

Sur les ondes de la R T D du 11 avr.01,le Procureur Général a précisé : Mohamed Ali Arrete une purge de 146 jours à Gabode Mohamed Hassan Farah une purge de 13 jours à Gabode