L.D.D.H. LI N° 43/200
Ligue Djiboutienne des Droits humains

Le Président NOËL ABDI Jean Paul
SIÈGE Q. V. BOULEVARD de Gaulle
B.P. 74 DJIBOUTI
DOM TEL : 253 358 007
BUR TEL : 253 357804

E-mail : noel_lddh@yahoo.fr
Site : http://www.lddh-djibouti.org

06/11 LE MINISTRE DE L'ECONOMIE DES FINANCES ET DE LA PLANIFICATION CHARGE DE LA PRIVATISATION utilise son Droit de Réponse, que nous lui accordons sans délai.

Deux sujets :

- Prêt personnel(1) + Réactions de Jean-Paul Noel ABDI, Président de la LDDH

- Paiement d'un fournisseur(2)

Retour au menu 'LDDH'

LIGUE DJIBOUTIENNE
DES DROITS HUMAINS
L.D.D.H
Le Président NOEL ABDI Jean-Paul
SIEGE Q.V. BOULEVARD DE GAULLE
BUR TEL (fax) : (253) 35 78 04
DOM TEL (fax) : (253) 35 80 07
B.P. : 74 - DJIBOUTI - RDD
e-mail : noel_lddh@yahoo.fr
http://www.lddh-djibouti.org

LI n° 43/LDDH/2000
DROITS DE REPONSE


Djibouti, le 4 novembre 2000


Cher Schaal,

Il semblerait que votre site soit aussi le mien. Dans ce cas je n'ai aucun complexe, car nous connaissons tous très bien votre combat à nos côtés, mais surtout votre combat aux côtés du peuple djiboutien.

Votre combat auprès de la LDDH est sans faille, en lui assurant pleinement votre support médiatique International, en lui prodiguant pleinement des conseils et des encouragements. Merci encore.

J'avais agréablement apprécié la publication du droit de Réponse n°1/LDDH/2000 du 6 août 2000, alors que le journal gouvernemental " LA NATION " l'avait complètement omis.

J'ai le plaisir aujourd'hui, grâce à l'intervention du Parquet et avec l'accord verbal du Secrétaire Général du Ministère de l'Information, de vous informer que ce Droit de Réponse sera " très bientôt publié " dans la " LA NATION ".

Par la même occasion, le Procureur de la République m'a demandé de vous transmettre un Droit de Réponse à ma lettre d'Information n° 35/LDDH/2000 du 5 octobre 2000 sur les 6 millions de francs Djibouti....

Ainsi qu'un Droit de réponse à une information sur les 120 Millions à un importateur de meuble.

Cher ami Schaal, je tiens à vous préciser que ces deux Droits de Réponse ne sont pas authentifiés car l'original qui m'a été remis par le Procureur de la République le 2/11/2000 ne comporte ni référence, ni signature, ni tampon du Ministre des Finances.

Je vous demande donc de demander confirmation de ces deux Droits de Réponse en téléphonant aux numéros suivants :

Ministre des Finances : (253).35.02.97

Procureur de la République : (253).35.32.01

Et ceci, avant toute publication dans votre bulletin sur Internet de ces deux Droits de Réponse.

Au cas où ce besoin de publication s'avère être confirmé, je vous prie de bien vouloir m'accorder un encadré pour mon Droit de réponse au Droit de réponse du Ministre des Finances, uniquement pour la partie me concernant et me mettant directement en cause, ceci évidemment sans aucune polémique de ma part.

Avec mes sentiments déférents, fraternels et amicaux.


P. J. :

- Deux Droits de réponse du Ministre de l'Economie des Finances et de la Planification Chargé de la Privatisation remis par le P.R. le 02 novembre 2000.

------------------------------------------------------- Sommaire ---------------------------------------------------------

06/11 LE MINISTRE DE L'ECONOMIE DES FINANCES ET DE LA PLANIFICATION CHARGE DE LA PRIVATISATION utilise son Droit de Réponse, que nous lui accordons sans délai.
(1 - Prêt personnel)

LE MINISTRE DE L'ECONOMIE
DES FINANCES ET DE LA PLANIFICATION
CHARGE DE LA PRIVATISATION

---------------


A

Monsieur Jean Paul Abdi NOEL
Ancien Député


Vous avez divulgué dans " votre recueil des mensonges et d'insultes " publié sur Internet, dans son numéro 16, un article intitulé " main basse sur le trésor " et par lequel vous cherchiez à atteindre ma personne.

Conformément à la législation en vigueur dans notre pays, j'entends user de mon droit de réponse que je vous demande de publier intégralement.

" Le Ministre de l'Economie et des Finances a, par l'arrêté présidentiel, bénéficié d'une avance remboursable de 6 millions conformément aux lois et règlements en vigueur en République de Djibouti. Le Ministre de l'Economie et des Finances a exercé son droit à l'avance au même titre que ses pairs et pour la première et seule fois depuis sa première nomination à ce département et sa confirmation en 1999. Il s'étonne que ce droit accordé à tous les membres du gouvernement depuis 10 ans soit présenté comme un privilège qui lui a été consenti individuellement par le Président de la République ou pis encore comme un acte constitutif d'une malversation.

Le Ministre de l'Economie et des Finances rappelle M. Jean Paul Abdi NOEL, président d'une prétendue organisation de lutte pour les droits de l'homme que ce droit à l'avance remboursable en faveur des Ministres à été initié, il y a dix ans, par un ancien ministre des finances, le défunt MOUSSA BOURLALEH qui lui était politiquement proche et que lui-même en tant que député l'avait adopté avant qu'il ne soit chassé du parti et du pouvoir.

Quant à sa gestion antérieure, le Ministre répond qu'il en est fier parce qu'il a pris en main en 1993 une caisse de retraites en faillite et déficitaire de 380 millions de francs Djibouti. Au moment de son départ au 31 décembre 1997, cette même caisse était excédentaire de plus de 240 millions de francs Djibouti avec un retard des prestations, envers ses ressortissants djiboutiens, égal à zéro.

Le Ministre informe le public que cette attaque à sa personne fait suite au refus qu'il a opposé à la demande de remise des impôts formulée par M. Jean Paul Abdi NOEL.

Le Ministre réplique que le droit à l'honneur relève des droits de l'homme et y occupe une place de choix. Il constate la manière pour la moins singulière que Monsieur Abdi NOEL exerce le titre de défenseur des droits de l'homme ".

__________________________________________________

REACTION DE Jean-Paul NOEL ABDI, Président de la LDDH

Référence : Droit de Réponse n°2/LDDH/00 Djibouti, le 07 novembre 2000

Droit de Réponse
au
Droit de Réponse
du
Ministre de l'Economie, des Finances
et de la Planification, chargé de la Privatisation.

Avec ces ''lourdes'' responsabilités ministérielles aussi nombreuses qu'importantes, il faut vraiment mettre des gants avant de parler ou d'écrire, à moins d'être traité de menteur et d'insultant.

Mais un ancien député qui se respecte doit être naturellement rodé à ce genre de réactions, n'est-ce pas ?

Naturellement, et comme promis, nous saurons esquiver et éviter les écueils de la polémique.

Sur un point, je ne reviendrais pas, car vous avez si justement rappelé que la Ligue Djiboutienne des Droits Humains ( LDDH ), est ''une association reconnue dans le monde entier'', ce qui nous réconforte d'autant plus que la LDDH est très, très appréciée sur le terrain par l'ensemble de la population de la République de Djibouti.

Sur l'avant dernier paragraphe du Droit de Réponse de notre ''superbe'' Ministre, pour ne pas reprendre le terme de ''jeune loup'' que nous avions utilisé dans son sens le plus noble, donc sur ce paragraphe, il est vrai que l'année dernière, j'avais demandé au Chef de l'Etat, un dégrèvement sur les impôts exagérément gonflés.

Je tiens à rappeler que tout citoyen djiboutien à le droit de s'adresser au Premier Argentier, en l'occurrence le Chef de l'Etat, pour faire valoir le droit au dégrèvement.

Monsieur le Ministre, avec toutes mes excuses, je ne vous ai jamais demandé une remise des impôts, même si la formulation doit transiter par vous et être remise au chef de service des impôts.

Cher Schaal, aux lecteurs de votre bulletins, je peux assurer que la LDDH et son Président ont pour seul objectif de dénoncer les différentes violations. Notre seul objectif est d'être en alerte.

Pour nous, qui gouverne ne nous intéresse nullement, mais suivre le comment on gouverne, alors là, c'est notre devoir et notre force.

Quant au second paragraphe, il est vrai que feu MOUSSA BOURALEH, - que Dieu Tout Puissant et Miséricordieux garde son âme en Paix - avait le verbe et le courage.

Il avait dit non à la marche de la dictature du Président Gouled, malgré les menaces de la Police Politique, qui était directement dirigée par le Chef de Cabinet du Président Gouled.

C'est vrai que j'étais proche du regretté MOUSSA BOURALEH, et c'est en grande partie grâce à lui que nous avons créé le Groupe pour la Démocratie et la République ( GDR ).

Feu MOUSSA BOURALEH nous a quitté le jour même de la création du GDR.

Feu MOUSSA BOURALEH, nous prions pour ton âme, pour notre pays et notre peuple.

Que Dieu Tout Puissant et Miséricordieux éclaire et guide nos pas.

------------------------------------------------------- Sommaire ---------------------------------------------------------

06/11 LE MINISTRE DE L'ECONOMIE DES FINANCES ET DE LA PLANIFICATION CHARGE DE LA PRIVATISATION utilise son Droit de Réponse, que nous lui accordons sans délai.
(2 - Paiement d'un fournisseur)

LE MINISTRE DE L'ECONOMIE
DES FINANCES ET DE LA PLANIFICATION
CHARGE DE LA PRIVATISATION

---------------


A

Monsieur Jean Paul Abdi NOEL
Ancien Député

" Vous avez publié que le trésor national a versé, sur instruction ministérielle, 120 millions de francs Djibouti à un commerçant de la place dénommé ALI DICO. Vous vous interrogiez si ce montant correspondait aux dépenses de la conférence somalienne ou à des fausses factures.

Je vous informe que ce virement n'a jamais eu lieu et que cette information que vous avez publiée est inexacte. Je vous mets au défi de porter à la connaissance du public le document par lequel le paiement a été effectué ".