L.D.D.H.
Ligue Djiboutienne des Droits humains

Le Président NOËL ABDI Jean Paul
SIÈGE Q. V. BOULEVARD de Gaulle
B.P. 74 DJIBOUTI
DOM TEL : 253 358 007
BUR TEL : 253 357804

E-mail : noel_lddh@yahoo.fr
Site : http://www.lddh-djibouti.org

Retour au menu 'LDDH'

LIGUE DJIBOUTIENNE DES DROITS HUMAINS
L.D.D.H
Le Président NOEL ABDI Jean Paul

NOTE D'INFORMATION N° 16/LDDH du 2 juillet 2000


" Les enfants sont les premiers à mourir… "

Les populations de l'intérieur du District d'Ali-Sabieh sont dans les oubliettes et leur cas s'est aggravé depuis l'année dernière. Les villages de Hindi et Bihid-ley sont sans eau depuis plus d'un mois et surtout en cette période de grande chaleur et de grande sécheresse, on ne peut que craindre le pire pour ces populations.

Le forage de Bihid-ley était sans groupe. Deux mois auparavant, il a été décidé, en haut lieu de transférer le groupe de Hindi vers la station de Bihid-ley. Les techniciens se sont aperçus, que les tuyaux de pompage étaient défectueux. Toutefois, il a été décidé tout simplement de maintenir ce groupe à ce puits défectueux, privant , en même temps les citoyens de ces deux villages de ne plus être alimentée en eau (La mort par la soif est un crime). C'est à se demander si les populations de ces villages n'ont pas été dociles à une quelconque période électorale ?

Les populations de Hindi et Bihid-ley impuissantes n'avaient que pour seul recours que celui de fuir leurs villages pour sauver leur vie en danger et une grande partie s'est réfugiée en Somaliland voisin pour sauver le peu de cheptel qui leur restait et assurait leur survie. Certains de ces villageois ont fui vers le chef lieux, vers la capitale Ali-Sabieh et ils ont pu malheureusement constater qu'elle est, elle aussi mal chaussée.

Au lieu d'acheter des tenus de combats à des enfants mineurs, en infraction aux Conventions et aux Droits de l'Enfant que la République de Djibouti a ratifié en particulier les clauses sur les protections des enfants et l'interdiction à toute participation et enrôlements dans tous conflits armés (on se demande à quelle guerre le Gouvernement djiboutien des quatre districts se prépare-t-il ?), l'administration aurait pu transférer ces dépenses à l'achat des groupes et aux réparations de ces forages.

En outre, Holl-Holl, elle aussi souffre. Elle vit dans l'obscurité, non seulement administrativement, mais aussi plongé le soir dans l'obscurité totale, alors qu'elle possède deux groupes électrogènes (dont un en réserve) remis à neuf par l'armée française, et la population cotisait pour les frais de gas-oil et autres ingrédients dont le chef de poste était caissier et gestionnaire. Alors que se passe-t-il ?.

Il est difficile de comprendre que les appels incessants du Gouvernement pour la création de nouveaux forages alors que très vite ces mêmes forages s'effondrent par manque d'entretien et manque de suivi, bref par une politique de négligence qui malheureusement tue une population innocente et fragile en particulier les femmes, les enfants et les vieillards.

La LDDH demande aux Ministères concernés, et saisit en particulier le Ministère de l'Intérieur pour qu'une solution rapide soit trouvée et que nos concitoyens déplacés à l'étranger puissent regagner leur foyer.

La LDDH est très inquiète des ravages de la sécheresse et insiste sur la bonne répartition des aides et des dons et sur le contrôle réelle de la distribution des vivres afin d'éviter tout détournement au profit personnel et /ou organisé.

------------------------------------------------------- Sommaire ---------------------------------------------------------